Inspecter des ponts et des toitures, mesurer des bâtiments et des terrains, surveiller des chantiers depuis les airs … Les drones regorgent de possibilités intéressantes pour le secteur de la construction. Néanmoins, le cadre légal freine pour l’instant l’utilisation de cette technologie. La nouvelle législation européenne sur les drones va-t-elle améliorer les choses ?

A l’heure actuelle, l’utilisation de drones est soumise à la législation aéronautique, qui impose des restrictions considérables, même dans le cadre d’une utilisation professionnelle. Dans nombre de situations, et sur une vaste partie du territoire, il est d’ailleurs interdit d’utiliser des drones. Il n’est pas non plus permis de faire voler un drone en dehors du champ de vision du pilote ou de transporter des matériaux – des applications qui seraient pourtant bien utiles au secteur de la construction.

Un assouplissement des règles

La nouvelle législation européenne s’apprête à supprimer de nombreuses restrictions. Les règles prévoient notamment trois catégories, sur la base du risque engendré par le vol. La catégorie « open », qui correspond au risque le plus faible, permet de faire voler des drones d’un poids maximal de 25 kg, à une altitude de 120 m au maximum, et à une distance sûre des personnes. Les catégories « specific » ou « certified » correspondent à des vols dont le profil de risque est plus élevé.

Ces nouvelles règles devraient entrer en vigueur le 1er juillet 2020. Vous trouverez davantage d’informations sur les différentes catégories sur le site Internet de l’EUKA.

Messages récents